Rapport Voie Professionnelle 2018

NEUFS LEVIERS POUR Y PARVENIR
LEVIER 1 – Une orientation choisie, au service d’un parcours de formation personnalisé
LEVIER 2 – Des parcours adaptés, progressifs et sécurisés pour tous les élèves
LEVIER 3 – La double finalité de l’enseignement professionnel assumée et confortée
LEVIER 4 – L’acquisition de compétences transversales par l’innovation et la démarche projet
LEVIER 5 – L’alternance repensée
LEVIER 6 – Une construction plus souple des diplômes
LEVIER 7 – Des campus des métiers et des qualifications pour fédérer les énergies
LEVIER 8 – Ressources humaines ; des compétences adaptées et reconnues
LEVIER 9 – L’ouverture européenne et internationale de la voie professionnelle développée

Avec la voie professionnelle scolaire, visons ensemble l’excellence
Alors que près de 20 % des 15-24 ans sont demandeurs d’emploi, il y aurait 300 000 postes non pourvus sur le marché du travail. On ne peut se satisfaire de ce constat. Dans un contexte d’accélération technologique, de mutations climatiques et sociétales, les individus devront de plus en plus s’adapter et créer le changement. C’est une lapalissade de l’écrire. Sans doute. Mais jusqu’ici, nous n’avons pas tout mis en œuvre pour faire de notre jeunesse celle qui soit capable de mieux vivre, d’entreprendre sa vie !

Et si nous trouvions de quoi réconcilier les aspirations et compétences de notre jeunesse avec les potentiels d’épanouissement et de création de valeur offerts par notre société ?

Un lycéen sur trois est aujourd’hui scolarisé dans la voie professionnelle scolaire. Ce sont environ 700 000 élèves qui portent les solutions de demain. Cette voie doit devenir celle de l’excellence !
Aussi, c’est avec enthousiasme que nous avons accepté la mission que nous a confiée Jean-Michel Blanquer, visant à transformer la voie professionnelle scolaire. Cette mission s’inscrit dans le cadre d’une réflexion articulée avec les réformes du baccalauréat, l’accès aux études supérieures, celles de l’apprentissage et de la formation professionnelle.
Pour quelles raisons une députée nouvellement élue et un restaurateur reconnu ont-ils été choisis pour travailler ensemble sur cette question ? Parce que la clé de la transformation de la voie professionnelle, c’est d’élargir le débat, dont les enjeux dépassent largement le cadre des lycées professionnels. Ils recoupent des questions sur l’orientation, les mobilités sociale, géographique et culturelle, l’émancipation du citoyen, les mutations technologiques, les métiers de demain, le rapport des Français au travail, et celui de la Nation à sa jeunesse. Cela mérite de s’appuyer sur des personnes qui cultivent des
approches transverses.

« Régis est un professionnel engagé, qui a été un élève de la voie professionnelle scolaire, qui a formé et qui forme toujours. C’est un chef d’entreprise indépendant et qui a pu s’inscrire aussi dans des engagements collectifs, ceux des chefs, ceux des syndicats. Il a déjà réfléchi et impulsé des démarches visant à valoriser et faire grandir sa profession. »
Céline Calvez


« Céline est issue d’une culture scolaire forte et a travaillé auprès de différentes entreprises, avant de créer la sienne. Élevée par une mère institutrice et fier produit de l’École de la République, elle a su capter et diffuser l’esprit d’entreprendre, et par son engagement politique, cherche à dépasser les clivages. »
Régis Marcon


(.....) la suite en ligne

Voir en ligne : Le rapport en ligne

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)